Les PME, ces nouvelles vaches à lait des éditeurs…

Comme vous l’avez certainement remarqué, Microsoft vient de publier la version iPad de sa suite Office. Dit comme ça, on pourrait croire à une bonne nouvelle. Mais si l’on y regarde de plus près, on pourrait presque croire qu’on nous prend pour des idiots…

Office pour iPad est distribué gratuitement. Mais, il ne sait que lire ses documents. Si l’on souhaite les éditer, il faudra se fendre d’un abonnement Office 365 par utilisateur. Impossible d’acheter le logiciel. On ne peut que le louer. Et c’est ici la tendance pour les années à venir. Il y a fort à parier que, à terme, on ne puisse plus acheter ses logiciels Microsoft. On ne pourra que les louer.

Certains me diront que c’est mieux, ça coute moins cher, le budget est connu d’avance et en plus on est toujours à jour.

Mais en sommes-nous sûrs ? Faisons un rapide calcul.

Prenons une PME de 80 personnes où le multiterminal n’est pas à l’ordre du jour. Les employés de bureau ont une station de travail fixe et les utilisateurs mobiles ont un ordinateur portable. Nous avons donc besoin de 80 licences Office.

Dans le monde d’aujourd’hui, Office 2011 pour Mac coute 224,96 € HT. Notre entreprise doit donc débourser 17 996,8 € HT pour s’équiper. Sous Mac, la suite Office est généralement mise à jour tous les 4 ans. Cela représente un cout de 4 499,2 € HT par année d’exploitation. Et vous disposez d’un droit d’utilisation du logiciel valable à vie.

Dans le monde imaginé par Microsoft, Office 365 coute 12,30 € HT par mois et par utilisateur (pour une PME entre 25 et 300 personnes). Soit, pour nos 80 utilisateurs, une facture annuelle de 11 808 € HT.

Si l’on se place dans la même situation que précédemment, cela représente sur 4 ans une dépense totale de 47 232 € HT.

Soit une augmentation de 29 235,2 € HT.

J’ai refait les calculs 3 fois tellement le chiffre est aberrant. Si vous voyez une erreur de calcul merci de me le dire, car c’est complètement fou là…

Alors certes. Il y a un « avantage » à l’abonnement Office 365. Au lieu d’avoir des licences par poste, nous avons des licences par utilisateur. Cela veut dire que les personnes disposant de plusieurs terminaux (Mac et iPad par exemple) ne vous coutent pas plus cher.

Enfin, la différence de 29 235,2 vous aurait permis en temps normal d’acheter 130 licences Office de plus…

Et le pire dans tout cela, c’est que vous n’êtes que locataire du logiciel. Si vous ne pouvez plus payer la dime de Microsoft, vous ne pourrez plus exploiter le logiciel.

2 réflexions au sujet de « Les PME, ces nouvelles vaches à lait des éditeurs… »

  1. Salut Yoann les calculs me semble bon mais as-tu appelé Microsoft en faisant l’admin qui intègre une nouvelle boite pour avoir des devis comparatif.
    Car telle que les chiffres sont visible cela ressemble bien à une arnaque.
    Sinon ils serait bont demettre le nombre de mis nécessaire pour arriver au prix de la licence de base actuelle.
    Et aussi se poser la question du nombre de poste où il est autorisé d’installer la licence « Office 365 Petite Entreprise Premium » à 150€ car si dans un foyer la limite à poste est claire la limite pour une entreprise l’est beaucoup moins d’autant plus que cette offre semble limité au boite de moins de 25 salarié cf la note [2] Maximum de 25 utilisateurs par entreprise. Une clé de produit est requise pour chaque utilisateur et 5 licence semble porter sur les machines d’un seul utilisateur.
    Dominique

Laisser un commentaire